Le Jury Officiel

Sam Garbarski

Président du Jury

Après avoir dirigé une agence publicitaire et réalisé plus d’une cinquantaine de spots publicitaires, certains primés, Sam Gabarski réalise trois courts métrages qui font l’unanimité. Ils mettent en lumière le thème de la confrontation des cultures, cher au réalisateur et fil rouge de ses prochains films. Il réalise ensuite cinq longs métrages qui remportent tous un franc succès auprès du public et de la critique : Le tango des Rashevski (2003), Irina Palm (2007), Quartier Lointain (2010), Vijay and I (2013) et Bye Bye Germany (2017). En 2007, il passe également devant la caméra dans le film Un secret de Claude Miller.

Farid Bentoumi

Formé à l’improvisation, Farid Bentoumi joue principalement au théâtre, met en scène et co-écrit plusieurs pièces. Talent Cannes Adami 2003, il tourne ensuite dans de nombreux courts métrages et séries télévisées. En parallèle, il se lance dans l’écriture, et reçoit le Grand Prix du Jury au Festival des Scénaristes. Il réalise les courts métrages Un autre jour sur terre, El Migri, puis Brûleurs, court métrage sur de jeunes migrants algériens, sélectionné dans plus de septante festivals et plusieurs fois primé. Un métier bien, son troisième court de fiction sera présélectionné pour le César du meilleur court métrage 2017. Good Luck Algeria, son premier long métrage, inspiré de son histoire familiale et traitant de la bi-nationalité et du rapport aux racines, sort en 2016 et rassemble plus de 230.000 spectateurs dans les salles. Son deuxième long métrage, Rouge, est en cours de financement pour un tournage prévu au printemps 2019.

Laurent Capelluto

Laurent Capelluto étudie au Conservatoire de Bruxelles dans la classe de Pierre Laroche. Il poursuit depuis 18 ans une passionnante collaboration avec Dominique Serron et son Infini Théâtre, qui lui a permis d’aborder Shakespeare, Nabokov, Marivaux, Gozzi, Genet, Tchekhov, Corneille ou, plus récemment, Molière avec le rôle d’Alceste dans le Misanthrope, pour lequel il reçoit le prix de la critique 2018. En 2017, il a joué au Théâtre de la Porte Saint-Martin à Paris Un air de Famille  et Cuisine et Dépendances d’Agnès Jaoui et Jean-Pierre Bacri, dans la mise en scène des auteurs. Au cinéma, il travaille avec Philippe Blasband, Emmanuel Salinger, Michel Hazanavicius, Arnaud Desplechin (grâce auquel il est nommé aux César du meilleur espoir pour Un Conte de Noël), Jérôme Bonnell, Miel Van Hoogenbemt, Vincent Garenq, Cécilia Rouaud, Michaël Haneke, Kore-Eda, et d’autres. Il recevra le Magritte du meilleur acteur dans un second rôle en 2014 et 2016.  A la télévision, il interprète le personnage du procureur Siriani dans la série Zone Blanche.

Lucie Debay

Lucie Debay sort diplômée de l’INSAS en 2009. Très présente sur les planches, elle joue notamment  pour Armel Roussel, Falk Richter, Vincent Hennebicq, Claude Schmitz, Jean-Baptiste Calame et Manah Depauw. Parallèlement, au cinéma, elle interprète le premier rôle du long métrage d’Olivier Boonjing Somewhere Between Here and Now. En 2014, elle apparaît dans le rôle-titre du second long métrage de Bernard Bellefroid Melody pour lequel elle remporte le Prix d’interprétation au Festival des films du monde de Montréal, ainsi que le Magritte du meilleur espoir féminin. On la retrouve dans Un français de Diastème, Le Mali (en Afrique) de Claude Schmitz, La Confession de Nicolas Boukrief et dans King of the Belgians de Jessica Woodworth et Peter Brosens présenté au Festival de Venise puis sélectionné dans plus de quatre-vingt festivals à travers le monde.

Nadia Kounda

Nadia Kounda, actrice marocaine, est une figure du cinéma indépendant et de la télévision marocaine. Elle apparaît dans plus de vingt longs et courts métrages internationaux ainsi que dans des séries TV. En 2016, elle obtient son diplôme en Etudes cinématographiques à l’Université de Montréal. Son rôle principal dans le dernier film de Faouzi Bensaïdi, Volubilis (présenté au Med en 2017), lui vaut le Prix de la meilleure actrice au Festival du film d’El Gouna en Egype ainsi que le Prix de la meilleure interprétation féminine au Festival national du film de Tanger. Elle tient également le rôle principal dans Mon père n’est pas mort d’Adil Fadili et vient de finir le tournage du film français La source de Rodolphe Lauga.

Guilaine Londez

Guilaine Londez commence le théâtre très tôt avec sa sœur, au club de théâtre de son village. Très vite elle désire poursuivre dans cette voie et se forme dans divers conservatoires à Nîmes, Montpellier ainsi qu’à l’École de Saint-Etienne. Elle monte ensuite à Paris et est choisie par Chantal Ackermann pour jouer le premier rôle principal féminin dans son film Nuit et jour. Depuis, elle ne cesse de tourner au cinéma mais aussi à la télévision et au théâtre. Elle travaille, entre autres, avec les réalisateurs et metteurs en scène Étienne Chatiliez pour Le bonheur est dans le pré, Bruno Podalydès pour Liberté-Oléron, Édouard Baer, Zabou Breitman,… Elle vient de tourner sous la direction de Valeria Bruni Tedeschi dans Les estivants qui sortira en 2019 et de Paul Verhoeven dans Benedetta. On la retrouve également dans la série de TF1 Les bracelets rouges, et bientôt dans bien d’autres projets…